Custo diariste

← Retour au journal

novembre 2017

Mode d'emploi!

Ils sont livrés sans les petits chenapans! A un mois de vie je me suis vue dans la nécessité de prendre du recule sur moi même pour ne pas sombrer! Assise sur le bord du lit je la tenait, toute chaude et serrée contre mon sein, elle tétait désespérément comme si sa vie en dépendait alors qu'elle était surement repue. Elle luttait de toute évidence contre le sommeil, contre le fait répétitif et inéluctable qu'elle serait déposée à nouveau dans son lit, seule et séparée de son élément vital, moi. Jamais je n'avais vécu un tel état d'épuisement physique et un tel écart (...)

La saint des seins!...

Jamais je n'oublierai ce moment où Bibi, fraîchement -ou plutôt-chaudement- sortie de mon ventre a poussé sur ses pieds, a agité sa tête sur mon buste pour trouver instinctivement ce qui allait satisfaire son besoin archaïque de succion et répondre son élan vital. La toute première tétée est pleine de sensations qu'il est difficile de qualifier d'agréables tant on ne peut faire abstraction de la douleur étrange qu'elle suscite. C'est cependant un instant magique, un tout premier amarrage parfaitement orchestré par la nature, entre soi et une une autre partie de soi qu'on (...)

...parce que ca ne s'oublie pas!

Quatre ans aujourd'hui que mon journal est pris en otage sur diariste! S'il ne faisait pas le récit de notre histoire intime j'y aurai surement encore accès...et il n'aurait pas fait disparaître tout un pan de ma vie pour camoufler ses méfaits... (...)